BIOGRAPHIE

      CASSIUS                          peintre de l’âme

 

Cassius est né en 1977 à Saint lô dans le Nord de la France. Peintre et
plasticien, il est présent sur la scène internationale (Chine, Espagne…) et
vit aujourd’hui à Pons en Charente-Maritime.
Depuis plusieurs années, son oeuvre reflète un regard original et actuel
sur ce qui relie les hommes entre-eux et en eux.
Il a choisi de s’engager dans une peinture contemporaine et
atemporelle, intime et universelle. Son travail autour des racines de
l’humanité est soutenu par Marylène PATOU-MATHIS (Préhistorienne).
Dans ses oeuvres, Cassius nous raconte à nous même.

« Au cours de ma vie, j’ai pu percevoir la nécessité
d’appartenir, de s’ancrer, d’être au clair sur ses propres origines. »

Le cheminement d’
un « anthropo-artiste »

     Dans sa pratique de psychologue clinicien, Cassius a régulièrement éprouvé la nécessité de
recréer le lien qui relie à sa famille, à ses traditions, à soi. Convaincu que c’est en s’appropriant
cette culture unique et personnelle que les hommes dépassent la peur de l’Etranger, qu’ils se
rapprochent et partagent, Cassius a orienté ses recherches ethnologiques vers l’universalité des
cultures.
     Il a d’abord approfondi sa relation à l’Orient en poursuivant calligraphie japonaise et arts
martiaux. Puis, son exploration des continents amérindiens et africains l’a conduit à aventurer ses
pinceaux de calligraphe sur des toiles.
Des visages naissaient.

Puis la géographie
ne faisait plus sens...

« Je me suis aperçu des liens de chaque peuple avec la
Nature. Ces liens sont ancestraux. A l’Espace, s’est ajoutée à
mon travail la dimension temporelle. Je suis interpelé par les
peuples qui vivent en harmonie avec la Nature, qu’ils soient
paléolithiques ou du XXIe siècle ! »

       Cherchant l’unité ailleurs que dans la temporalité, Cassius a fait vivre sur ses toiles des êtres
venus des temps préhistoriques. Face à l’universalité de leur regard, de leur dignité, il a fait
l’hypothèse du bénéfice réciproque d’un ancrage dans un environnement respecté, d’une vie
connectée au vivant dans son ensemble.
       A nouveau, Cassius a décalé son regard en mettant en lumière cet environnement qui
n’était plus seulement un décors pour l’Homme. Des animaux, d’ici et d’ailleurs, de maintenant et
d’avant, apparaissaient sur les tableaux.
Les humains de Cassius n’avaient plus le monopole de
l’humanité.

       La démarche de Cassius est sans concession, il vise une cohérence bien concrète.
Sa pratique artistique s’inscrit dans une relation harmonieuse avec son propre environnement :
Son atelier, ouvert à tous, empreinte les rayons du soleil pour l’énergie électrique, le bois pour le
chauffage et l’eau de la rivière pour diluer les encres et les pigments.
      Expérimentant sans cesse, Cassius a commencé une série de réalisations graphiques sur des
écorces d’arbres locaux.
De l’arbre ou du visage tracé, qui redonne vie à l’autre ?

Cassius, chercheur d’Homme

" Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir "

 

                                     Aimé Césaire.